Cadre de vie

Nid Perché – Des cabanes haute couture

Modifié le 15/12/2021
Partager

« Toutes nos cabanes sont différentes. Les clients qui viennent faire construire une cabane savent qu’elle sera unique et que nous allons nous adapter à l’environnement et à ses contraintes ».

 

Perchées dans les arbres, semi-enterrées, sur pilotis, flottantes, suspendues dans les airs ou encrées dans la terre, inspirées de rêves d’enfants ou d’histoires merveilleuses, les cabanes haute couture de Nid Perché se résument ainsi : conception sur mesure, imaginée, dessinée, fabriquée et pré-assemblée sur place avec des matériaux respectueux de l’environnement. Les clients de l’entreprise sont presque exclusivement des hébergeurs professionnels à la recherche d’un produit unique.

Entretien avec Rémi Bécherel, fondateur de Nid Perché
Photos François Canar

Des compagnons à Nid perché comment est né le projet ?

Rémi Bécherel : « Le compagnonnage c’est une école de la vie, une ouverture d’esprit. Le principe c’est que l’on change d’entreprises tous les 6 mois et pendant ces périodes, le soir on prend des cours avec d’autres compagnons. Je suis parti un an en Hongrie dans une entreprise pour apprendre le métier. À mon retour, j’ai rencontré Stephane Desmet à Issigeac qui souhaitait construire une cabane pour la location. Cette première construction a été un déclic. Je me suis dit, pourquoi ne pas exploiter cette niche et développer une activité dédiée à la construction de cabanes ? Au début nous étions 3 salariés et puis aujourd’hui nous sommes entre 40 et 60 en fonction des périodes. Nous avons évolué avec les clients en fonction des commandes. Aujourd’hui, nous sommes plutôt créateurs d’hébergements insolites, cela englobe toutes sortes de cabanes (flottantes, plutôt enterrées dans la terre que l’on appelle Hobbit et les cabanes sur pilotis). Nous n’avons pas de catalogue. Nous fabriquons sur mesure avec un bureau d’étude qui est intégré à la société et qui étudie chaque projet indépendamment. Toutes nos cabanes sont différentes. Les clients qui viennent faire construire une cabane savent qu’elle sera unique et que nous allons nous adapter à l’environnement et à ses contraintes ».

Choisir de ne pas standardiser la production est un risque pour la rentabilité d’une entreprise. Quel est votre modèle économique ?

RB : « Bien entendu c’est plus compliqué mais c’était un parti pris depuis le début. Et au contraire, aujourd’hui nous nous rendons compte que si nous sommes toujours sur le marché c’est justement parce que nous avons cette particularité, celle de faire du sur-mesure. La plupart de nos clients sont des professionnels, des hébergeurs (à 90%) et pour se démarquer de la concurrence ils veulent un projet unique. Nous sommes la société qui a construit le plus de cabanes en France actuellement. Nous avons répondu à plusieurs gros chantiers. Aujourd’hui, quand un client veut construire un village de vacances, il vient vers nous ».

Combien construisez-vous de cabanes par an et comment se décomposent les étapes ?

RB : « Disons qu’en France, sur le domaine de la cabane, nous sommes ceux qui en ont construit le plus. Nous nous sommes spécialisés et avons su nous adapter et nous structurer pour répondre à de gros chantiers. Nous construisons entre 80 et 100 cabanes par an. Tout est préfabriqué ici, nous avons des dessinateurs qui conçoivent le projet et proposent au client un modèle que l’on va ajuster ensemble en fonction de différents critères techniques, esthétiques et fonctionnels. Puis, une fois le dessin validé, cela part dans notre bureau d’étude qui va tout calculer, dimensionner.

Devant la demande croissante de cabane tout équipée, nous avons décidé de faire du clé en main en intégrant tous les corps de métiers à notre offre. Nous achetons nos grumes directement. Des arbres entiers partent à la scierie, puis la cabane est préfabriquée ici dans nos ateliers, avant d’être chargée sur le camion pour être transportée sur site. Une cabane représente un semi complet qui est livré sur place, ou j’envoie une équipe de trois personnes pour le montage »

« Nous avons six équipes. Une équipe fixe qui reste à l’année à l’atelier et cinq équipes qui se déplacent. Tout le monde est salarié. L’été nous travaillons moins puisque nos clients sont des professionnels du tourisme qui ne souhaitent pas nous voir pendant la saison touristique. Notre période d’activité se situe entre septembre et mai sauf si c’est une création de site. C’est pour quoi nous sommes minimum 40 et parfois l’hiver, jusqu’à 60 ».

« Nous venons de réaliser l’agrandissement de nos ateliers, dans lesquels nous sommes installés depuis janvier. Nous n’avions pas assez de place dans les anciens ateliers qui étaient une ancienne ferme avec plusieurs bâtiments que j’avais restauré au fur et à mesure. Nous nous sommes structurés : nous avons effectué une mise aux normes pour les poussières de bois, construit un pont pour porter les charges et faciliter le travail. Nous avons beaucoup plus de place pour travailler et un beau bâtiment pour stocker nos grumes à côté de l’atelier »

 

 

 

 

Quelles sont les essences de bois que vous utilisées ? Et quelles sont vos sources d’approvisionnement ?

RB : « Nous sommes dans une démarche écologique. Nous n’utilisons que des essences françaises, Douglas ou Mélèze, imputrescibles naturellement. Elles viennent du Limousin ou des Alpes pour le Mélèze. Pour l’isolation nous utilisons la fibre de bois ou la laine de mouton et pour les intérieurs, du parquet et des balustrades en châtaignier du Périgord. Le bois provient de forêts gérées (PEFC) ».

« Pour l’approvisionnement actuellement c’est compliqué car tous les matériaux ont augmenté cette année. Sur le bois nous avons pris 30% d’augmentation depuis janvier. C’est lié au Covid. Une grosse relance de la construction aux États-Unis a obligé les américains à renégocier les prix avec tous les pays du Nord de l’Europe à qui ils achètent le bois suite à la rupture des accords commerciaux avec le Canada sous l’administration Trump. Du coup, les USA ne s’approvisionnent plus au Canada mais en Europe. Ce qui a eu pour conséquence une très grosse augmentation des prix sur le marché. Nous n’utilisons pas beaucoup de bois du Nord mais tout a été impacté. En revanche, nos panneaux viennent du Nord de l’Europe. C’est compliqué parce que nous avons un carnet de commandes d’au moins 8 mois et nous nous retrouvons avec des chantiers vendus à perte. Cela va être très tendu jusqu’en début 2022″.

Après avoir crée Nid Perché qui fabrique des hébergements insolites, vous avez imaginé « châteaux dans les arbres » ?

RB : « C’était délicat de demander aux clients de montrer leurs hébergements à des concurrents potentiels. J’ai donc cherché un endroit pour créer un show room pour nos réalisations. J’ai eu l’opportunité d’acheter un terrain à 4km juste à coté. L’avantage c’est que j’ai pu faire ce que je voulais puisque c’était moi le client! À l’origine, il y avait un château sur le terrain mais qui a été complètement détruit. J’ai décidé de m’en inspirer et de redonner vie à cette histoire. Le château offre aussi une complexité dans la fabrication de la structure et je trouvais ça intéressant de montrer jusqu’où il était possible  d’aller au niveau de la construction et des idées. Nous avons donc construit 6 cabanes pour la location, toutes différentes. Chaque cabane s’inspire d’un château célèbre de Dordogne : Monbazillac, Jumilhac, Les Milandes, Hautefort, Biron. Cette structure emploie 6 personnes à l’année qui fait tourner les locations de février à décembre : les cabanes sont toutes équipées avec spa, sauna et chauffage« .

Bastides Dordogne-Périgord - Communauté des Communes
Nos services
CIAS : 05 53 00 00 00
Jeunesse : 05 53 00 00 00
Urbanisme : 05 53 00 00 00
Économie : 05 53 00 00 00

Communauté de Communes des Bastides Dordogne-Périgord
12 Av. Jean Moulin, 24150 Lalinde - Tél.: 05 53 73 56 20
Mail : ccbdp@ccbdp.fr
Web : www.ccbdp.fr

+ 33 (0)5 53 73 56 20

Recevez l’actualité de votre territoire S'inscrire
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook Instagram Twitter
Une question ? Contactez-nous sur
@ccbdp
Accès privés Les élus CIAS CT CHSCT Le bureau
© 2022 CCBDP - Tous droits réservés
Veuillez remplir tous les champs obligatoires.
L'email est invalide.