Événements

12e salon des métiers d’art de Monpazier entretien avec Juliette Leman

Modifié le 13/09/2021
Partager

10-12 septembre 2021

Cette manifestation est proposée par la Délégation Générale du Grand Bergeracois, Bastide de Monpazier sous l’égide de ses quatre présidents : Frédéric Delmarès (Communauté d’Agglomération Bergeracoise), Jean-Marc Gouin (Communauté de Communes Bastides Dordogne Périgord), Thierry Boidé (Communauté de Communes de Montaigne Montravel et Gurson), Jérôme Bétaille (Communauté de Communes Porte sud du Périgord).

Juliette Leman, animatrice de la 12e Édition
Entretien

Le salon des Métiers d’Art va avoir lieu après l’annulation de l’édition 2020 et le report de celle de 2021, initialement prévue en mai dernier, quelles conséquences ces bouleversements ont eu sur votre programmation ?

Juliette Leman « Pour ne pas pénaliser les participants de l’édition 2020 nous avons gardé la sélection de l’année dernière, donc pas de changement de ce côté-là. Le report de date de mai à septembre a été plus contraignant car certains des exposants n’étaient pas disponibles en septembre, nous nous sommes donc tournés vers d’autres candidats ».

La sélection des exposants s’effectue par appels à candidatures, quels sont les critères de sélection ?

JL « Les critères de sélection sont objectifs, ils s’inscrivent sur une grille d’analyse en fonction de différents paramètres. Nous veillons à ce que les métiers correspondent à la nomenclature des Métiers d’Art fixée par l’arrêtée de décembre 2015 qui détermine 198 métiers et 83 spécialités, soit 281 activités au total. Cette liste établie dans le cadre d’un travail de concertation entre tous les acteurs, regroupe les métiers par domaine d’activité en tenant compte de la réalité économique et de l’évolution de chaque secteur.
Ensuite, nous veillons à ce que l’ensemble des matières et des savoir-faire soient représentés. Nous souhaitons profiter de cette occasion pour mettre en lumière des métiers peu connus du grand public. Par exemple, cette année nous avons sélectionné deux nouvelles matières : la laque et la dentelle en carton.
Les candidats doivent également être des professionnels. Cela ne signifie pas qu’ils vivent tous de leurs pratiques, puisque pour certains c’est une activité secondaire, mais ils doivent avoir un statut juridique.
Enfin, il est important de donner de la visibilité à des jeunes créateurs, aussi, pour chaque salon nous sélectionnons deux jeunes créateurs en début de carrière. Ils bénéficient d’un stand gratuit. Cela permet de leur donner un coup de pouce, au démarrage de leur activité, et de faciliter leur implantation sur des territoires parfois ruraux donc enclavés, quelque fois fortement concurrentiels . Cette année, nous accueillons Betty Camps, linograveuse, installée à Vergt de Biron et Anne Leroux, laqueur, qui vient de Vallet en Loire Atlantique ».

Les exposants ne sont pas uniquement des professionnels du territoire, ni même de la Région donc ?

JL – « En 2009, le salon a été créé d’abord à destination des Métiers  d’art (artisans et artistes) du territoire. À l’époque ce n’était pas un secteur reconnu comme maintenant, il était cantonné au domaine de l’artisanat en général. La loi de 2014 a posé un acte déterminant en donnant une spécificité aux Artisans d’art, ce qui a contribué à faire connaitre la filière  , confirmé par la nomenclature fixée en 2015″.
Depuis la  création du Salon, nous avons ouvert des appels à candidatures pour diversifier la représentation des savoir-faire et créer de nouveaux liens entre professionnels. En 2020, en plus des catégories « jeune créateur », « Région » et « Hexagone », nous avons proposé la catégorie « département ».

Combien avez-vous eu de candidatures cette année ? Et comment s’effectue le choix des exposants ?

JL  « Pour l’édition 2020, nous avons reçu 82 candidatures toutes catégories confondues et 20  pour les jeunes créateurs. L’édition 2021 comprend donc une quarantaine  d’exposants  dont 2 jeunes créateurs et 9 boutiques de Monpazier, partenaires de l’évènement. La sélection a été  effectuée par un comité de sélection composé du président de la Communauté de Communes Bastides Dordogne Périgord (à l’époque M. Estor, maintenant, Jean-Marc Gouin), de la chargée de développement économique, référente « métiers d’art » auprès de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Nouvelle-Aquitaine (Pauline de Raymond-Cahuzac), du chef de service à la direction culture du département – Ingénierie Culturelle territoriale (Jacques Bodet) et de mon prédécesseur (Jérémie Rigaudeau) ».

La vocation du salon est de faire connaitre les métiers d’art au grand public mais vous mettez aussi l’accent sur une dimension pédagogique avec un espace dédié à la formation ?

JL – « Oui en effet, il s’agit de donner de la visibilité aux Métiers d’Art mais avant tout le salon a pour objectif de favoriser les rencontres et pourquoi pas, de faire naître des vocations. Nous souhaitons permettre aux gens qui ont une appétence particulière pour les métiers manuels de trouver ici des renseignements sur les formations qui existent et qui ne sont pas toujours faciles à trouver ailleurs. Cette dimension pédagogique est portée chaque année par un acteur du territoire, de sorte à mettre en lumière les formations disponibles en Dordogne. Cette année, le centre de formation de Lalinde (ILSTEP) prend en charge l’espace formation. François Régis D’abbadie d’Arrast, qui dirige cet organisme est un restaurateur de métier, très engagé pour son territoire. Il présentera les formations aux Sciences et Techniques du Patrimoine.
L’année prochaine, en 2022, le Lycée Porte d’Aquitaine de Thiviers sur les Métiers du Bois, du cuir & de l’Électrotechnique sera notre partenaire ».

Quelles sont les nouveautés 2021 ?

JL – « Nous avons travaillé sur les espaces d’animation du Salon afin de rendre la manifestation festive et accueillante pour le grand public. C’est pourquoi nous proposons trois ateliers « jeunes publics » dédiés aux enfants dès l’âge de 6 ans : Sonia Maupas, vannière installée à Beaumont, animera un atelier de tressage, Amandine Bonneau celui consacré à la couture et Dounyo Montbazet, un autre où il sera question de filage de verre ».

Il y aura également un espace « Démonstration » animé par la Filature de Belvès et le Moulin de la Rouzique, à tour de rôle, pour présenter la confection de feutre de laine et la confection du papier.

 Depuis 2019, nous travaillons en partenariat avec la médiathèque de Monpazier qui accueille cette année une exposition sur les métiers de la reliure ».

Réseau Grand Bergeracois.

Retrouvez le programme complet

 

CCBDP - Un site utilisant WordPress
Nos services
CIAS : 05 53 00 00 00
Jeunesse : 05 53 00 00 00
Urbanisme : 05 53 00 00 00
Économie : 05 53 00 00 00

Communauté de Communes des Bastides Dordogne-Périgord
12 Av. Jean Moulin, 24150 Lalinde - Tél.: 05 53 73 56 20
Mail : ccbdp@ccbdp.fr
Web : www.ccbdp.fr

+ 33 (0)5 53 73 56 20

Recevez l’actualité de votre territoire S'inscrire Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Une question ? Contactez-nous sur
@ccbdp
© 2021 CCBDP - Tous droits réservés
Veuillez remplir tous les champs obligatoires.
L'email est invalide.